Canyoning et escalade en Corse 2014

Fin septembre, nous voilà parti pour une bonne semaine d’aventure entre canyoning et escalade en Corse. Première étape avec deux jours à Bastia. Deux sessions en falaise école sur les secteurs Alti plano et Bastia Pignu. Escalade avec vue sur la mer comme c’est bien souvent le cas en Corse. Deuxième étape dans le magnifique massif des aiguilles de Bavella. Au programme : grandes voies plus ou moins équipées sur le magnifique granit sculpté en tafoni et canyoning dans les canyons classiques de la vallée. La saison estivale est terminée et le coin regagne sa tranquilité, on est à peu près seul dans les voies et les canyons, le pied ! On attaque par la voie Resistenza sur le Punta di Quercitella. Haute de 370m avec une cotation de 6c maximum et partiellement équipée, de quoi occuper une belle journée ensoleillée. Mais l’aventure commence dès le parking. La « marche » d’approche est elle-même une petite course. Deux heures de montée assez intense, à tenter de suivre une vague sente et quelques petits cairns, à franchir des verrous rocheux en grimpant déjà. Une fois arrivé au pied de la voie on est déjà content d’avoir réussi cette première épreuve ! Mais l’idée du retour après la voie n’est pas très enthousiasmante :). Resistenza est une voie variée, avec un caractère un peu montagne. Dalles, fissures plus ou moins larges, tafoni, un bel échantillon de styles de grimpe. Pour se protéger durant l’ascension il faut souvent placer des coinceurs à cames dans les fissures, ce qui ajoute un peu de piment. Deuxième longueur bien raide, troisième longueur et sa fissure un peu trop large, cinquième longueur où il faut chercher son itinéraire, sixième longueur et son arête de tafoni, septième longueur et son pas de dalle très fin. La huitième longueur est d’anthologie, une belle fissure pas trop extrême à remonter. Puis l’on fini par deux longueurs de 5c un peu pommatoire. Descente en rappel et retour interminable, on dormira bien cette nuit là ! Le lendemain c’est canyoning ! On décide d’aller voir le fameux canyon de la Purcaraccia, une des usines estivales de la vallée mais à cette saison il n’y a personne. Une bonne marche d’approche zigzaguant entre rive gauche et rive droite nous permet d’accéder au départ du canyon. On s’équipe et on attaque ce canyon à dominante verticale mais aussi assez ludique. Sauts, toboggans, rappels de 40m, tout ça au milieu de belles gorges granitiques et dans une eau limpide. Un nouveau jour et de nouvelles aventures. Grande voie et canyoning dans la même journée. Nous commençons à la fraîche par la marche d’approche vers le pied de la voie Jeff équipée par les frères Petit en 1992. Grande ambiance dans cette magnifique paroi granitique. On enchaîne les longueurs aussi superbes qu’exigentes. On découvre sur la fin les longueurs mythiques de la voie du dos de l’éléphant et son engagement certain, ambiance en dalle sur bossettes à 4m au dessus des points… Le temps se couvre un peu, il fait frais dans le brouillard ! De retour au parking, on troque l’équipement d’escalade contre celui de canyoning et on file en direction du départ du canyon de Polischellu. Ce canyon hyper-classique de la vallée est très varié et ludique, encore un bon moment de plaisir de canyoning à partager ! La soupe du soir nous fera du bien avant une bonne nuit. Après cet épisode au milieu des aiguilles de Bavella, nous tentons de rejoindre Ajaccio pour grimper au Monte Gozzi mais la météo n’est pas avec nous et nous filons vers Corte où les prévisions s’annoncent meilleures. Ce séjour en Corse s’achève parfaitement dans les gorges de Tavignanu avec l’enchainement de deux grandes voies majeures. Après une bonne marche d’approche sur un bon sentier cette fois, nous voilà au pied du Rossolino, une paroi de 200m. Commence-t-on par la voie la plus facile pour s’échauffer ou par la plus difficile pour être tranquille ensuite ? On choisit la seconde option. Ce sera donc une première longueur en 6c à moitié sur coinceurs à cames dans « Le bonheur est dans le pré ». Le mental est immédiatement échauffé. Plein de belles longueurs nous attendent et on finit au sommet avec un grand sourire. Il n’y a plus qu’à redescendre et se restaurer un peu avant d’attaquer la deuxième voie, « Ombre et lumière ». Les longueurs sont avalées à vitesse grand V avec Vio en leader fixe et les deux autres loulous qui se tirent la bourre en seconds, quelle rigolade ! On regagnera le continent bien heureux de ce séjour et avec l’envie de revenir bientôt pour parcourir d’autres canyons et d’autres grandes voies sur cette belle île.

Les commentaires sont fermés